Accueil > Infos médicales > ORL : Nez/Oreilles/Bouche/Gorge... > Le rhume ( Rhinopharyngite)

Le rhume ( Rhinopharyngite)

 Qu’est ce qu’un rhume ?

Le rhume ou rhinopharyngite est une infection virale   bénigne très fréquente qui affecte la muqueuse   nasale (paroi interne du nez).
Cette muqueuse   secrète un liquide dont le rôle est d’humidifier en permanence l’air inspiré et de lutter contre les agents infectieux.

PNG - 420.3 ko
Fosses & Muqueuse nasales
La muqueuse nasale est une couche de cellules qui constitue la paroi des fosses nasales

Lorsque cette muqueuse   est irritée, elle gonfle et augmente sa sécrétion habituelle de liquide de sorte que le nez est bouché ou que le nez coule.
Il s’y associe souvent des maux de gorge (pharyngite) et un état fébrile avec une fièvre le plus souvent modérée (<39°c), des maux de tête, des courbatures, de la fatigue.
L’infection est contagieuse, plus fréquente en hiver car favorisée par la promiscuité et il est normal d’avoir plusieurs épisodes annuels de rhume.

 En combien de temps vais-je guérir ?

Le rhume guérit spontanément en 7 à 10 jours.
Il faut donc être patient car il n’y a pas de traitement connu à ce jour pour raccourcir la durée des symptômes.

 Que puis-je faire pour me soigner ?

Pour améliorer le confort en attendant la guérison naturelle du rhume, il est possible de :

  • Humidifier la muqueuse   nasale avec des solutions de lavage adaptées : sérum physiologique, spray d’eau de mer.
  • Boire suffisamment
  • Favoriser les temps de repos
  • Favoriser une atmosphère saine : éviter le tabagisme actif et passif, éviter les climatiseurs, aérer les pièces régulièrement, ne pas surchauffer (max 18-20°c)
  • Dormir la tête surélevée
  • Lutter contre les douleurs ou la fièvre si elles sont sources d’inconfort : privilégier le Paracétamol en l’absence de contre-indications.
  • Respecter des mesures d’hygiène simples pour éviter la propagation du virus  .

D’autres médicaments peuvent être utilisés, mais ils ne permettent pas de réduire la durée des symptômes.
Certains ont par ailleurs des contre-indications et des effets indésirables potentiellement graves. Ils sont à éviter dans la mesure du possible.

 Quand consulter un médecin ?

  • En cas de symptômes très gênants ou mal tolérés.
  • En cas de persistance de la fièvre après 3 jours d’évolution.
  • En cas d’apparition de fièvre après 3 jours.
  • En cas de gêne respiratoire.
  • En cas de conjonctivite   purulente.
  • En cas d’oedème   de la ou des paupières.
  • En cas de troubles digestifs (anorexie  , vomissements, diarrhée).
  • En cas de persistance des symptômes sans signe d’amélioration au-delà de 10 jours d’évolution.
  • En cas d’éruption cutanée

 Comment moucher un nourrisson ?

Démonstration en video :

 Résumé

La majorité des rhumes (rhinopharyngites) est d’origine virale, guérit spontanément et ne relève que d’un traitement symptomatique.
Le caractère purulent des sécrétions ou la fièvre ne sont pas synonymes d’infection bactérienne et ne justifient pas la prescription d’antibiotique.
Les antibiotiques n’ont pas d’indication dans les formes aiguës non compliquées de rhinopharyngite puisque leur efficacité n’est pas prouvée dans la réduction des symptômes ni dans la prévention des complications, même en présence de facteur de risque ; ils ont un effet délétère notamment en favorisant l’émergence de souches résistantes.
La survenue de complication avérée, supposée bactérienne (OMA, sinusite) sera envisagée en cas de persistance, de réapparition ou d’aggravation des signes cliniques.

 Pour en savoir plus...

Les virus   responsables du rhume :
Les virus   sont de très loin les principaux agents pathogènes des rhinopharyngites :
rhinovirus, coronavirus, virus   respiratoire syncitial (VRS), virus   influenzæ et para-influenzæ, adénovirus, entérovirus...
Plus de 200 virus   sont susceptibles d’induire une rhinopharyngite, accompagnée ou non de signes cliniques, témoignant de l’atteinte d’une autre partie de l’arbre

 Références & sources :

Agence du Médicament (2011). Antibiothérapie par voir générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l’adulte et de l’enfant., Recommandations de bonne pratique (http://www.infectiologie.com/site/medias/Recos/2011-infections-respir-hautes (...)), RIS, BibTeX.

Assurance Maladie (2015). “Rhinopharyngite de l’enfant”, Ameli (http://www.ameli-sante.fr/rhinopharyngite-de-lenfant/definition-symptomes-ev (...)), page consultée le 3 mai 2015, RIS, BibTeX.

ANSM (2012). -* Décongestionnants de la sphère ORL renfermant un vasoconstricteur : Mise en garde de l’ANSM, Commission nationale de pharmacovigilance, Agence Nationale de sécurité des médicaments et produits de santé (http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/c9e15dee904a (...)), RIS, BibTeX.


Calendrier

avril 2019 :

Rien pour ce mois

mars 2019 | mai 2019